:: SousMenu :: |la quête| |l’obéissance| |la défense| |la piste| ::


La piste

Sur un simple ordre, le chien doit suivre une trace humaine de A à Z, de manière intensive, calme et concentrée tout en gardant le museau à terre. Sans quitter la piste, il doit chercher dans tous les coins et recoins, apporter ou désigner correctement les objets abandonnés ou perdus en cours de route par le traceur.

On mettra un chien « en piste » lorsqu’une personne qu’on aimerait retrouver s’est perdue dans la nature.

L’odeur d’une trace humaine est reconnaissable grâce aux quatre compositions suivantes :

1) L’odeur de la blessure du sol : Elle est la composante la plus importante de l’odeur des traces. On entend par blessure du sol l’odeur dégagée par les plantes recourbées ou piétinées, l’odeur des insectes et larves écrasés, l’odeur des diverses bactéries soulevées en tourbillon, etc.

2) L’odeur de l’être humain : Tout comme chaque espèce d’animal, l’être humain a une odeur spécifique. Ainsi, l’attention d’un chien bien dressé ne sera pas détournée et il n’aura aucune difficulté à suivre une trace humaine, même si celle-ci a été traversée par du gibier.

3) L’odeur individuelle de chaque être humain : Chaque être humain dégage une odeur différente. Pour cette raison, notre chien reconnaîtra facilement l’odeur de son maître et sera à même de la distinguer des autres odeurs.

4) Les autres odeurs : Par exemple, celles des semelles, du cirage, du produit d’imperméabilisation, de résidus de fumier et autres produits incrustés dans les profils des semelles.

En flair, le chien est nettement supérieur à son maître et c’est pour cette raison qu’il est à même de reconnaître et distinguer ces différentes odeurs. A titre de comparaison :

l’être humain possède 5 millions de cellules olfactives, contre 250 millions pour le chien !

Le chien distinguera facilement une trace fraîche d’une ancienne. D’instinct, tant qu’il n’aura pas été orienté vers une trace précise, il suivra toujours la trace la plus fraîche. Arrivé à un angle droit du tracé, il ne s’éloignera au maximum que de quelques mètres dans la fausse direction; ensuite il s’en rendra compte et cherchera la bonne direction en décrivant un cercle. Si tel n’était pas le cas, tous ses ancêtres seraient très probablement morts de faim…

Notre métier, une passion – Notre devise, vous satisfaire